RUBRIQUES

SUIVEZ-NOUS

Nos derniers articles

Vos derniers commentaires

Mots clés

LIENS UTILES




Frais d’accouchement : ce qu’il faut savoir

25 Oct 2021 par Catherine service communication, Pas de commentaire »

Imprimer cet article

Accoucher dans un hôpital public ou une clinique privée ne représente pas le même coût. Les actes médicaux et l’accouchement sont pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie, mais des dépassements d’honoraires sont à anticiper, selon votre choix.

Honoraires du gynécologue, de l’anesthésiste, de la sage-femme, choix (ou non) de la péridurale, forfait journalier… à l’hôpital public, les frais liés à l’accouchement et à votre séjour sont pris en charge à 100 %, et sont entièrement remboursés à l’établissement par votre caisse primaire d’Assurance maladie. Jusqu’à douze jours après la naissance de votre enfant.

Si la majorité des accouchements ont lieu à l’hôpital, une minorité croissante d’entre eux se déroulent en maison de naissance ou en plateau technique (pour un accouchement non médicalisé) : « Cette alternative est proposée dans des maternités qui ouvrent leur salle de naissance à la sage-femme libérale choisie par la femme enceinte depuis le début de sa grossesse, précise Adrien Gantois, sage-femme en libéral, président du Collège national des sages-femmes de France. Dans ce cas, la professionnelle peut pratiquer des dépassements d’honoraires. »

La chambre individuelle vivement recommandée

Restent à la charge des parents les frais de confort (télévision, repas de l’accompagnant) et, surtout, la chambre particulière. « Malgré le coût de celle-ci – 80 euros par jour parfois –, cette option est vivement recommandée pour le confort des femmes, avant et après l’accouchement », précise Adrien Gantois. La mutuelle intervient alors en prenant en charge une partie des coûts supplémentaires.

Dans une clinique privée conventionnée aux tarifications libres, les dépassements d’honoraires seront plus ou moins bien remboursés par la mutuelle. Dans le secteur non conventionné, les frais des prestations quasi-hôtelières devront être avancés avant leur remboursement partiel.

Reste l’accouchement à domicile, possible mais minoritaire en France. « Seules 0,25 % des naissances se déroulent à la maison tant est élevé le coût de l’assurance contractée par la sage-femme », prévient Adrien Gantois.

Pour aller plus loin
> « Femme enceinte : prise en charge à 100 % » sur le site officiel de l’administration française
> « Grossesse : examens médicaux » sur le site officiel de l’administration française
> « Les maisons de naissance » sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé


Étiquettes : , , , ,

Réagissez