RUBRIQUES

SUIVEZ-NOUS

Nos derniers articles

Vos derniers commentaires

Mots clés

LIENS UTILES




6 choses à savoir avant de se lancer dans l’intérim

4 Fév 2021 par Catherine service communication, Pas de commentaire »

Imprimer cet article

Le travail intérimaire peut être une opportunité pour un étudiant ou un jeune diplômé en quête d’expérience professionnelle. Mais quelle est la spécificité de ce contrat temporaire ? Revue de détail.

Avec la crise sanitaire, décrocher un job étudiant ou un premier emploi est devenu plus difficile. Dans ce contexte, l’intérim conserve une bonne image auprès des jeunes : d’après une étude menée par OpinionWay pour Prism’emploi * en octobre 2020, 77 % d’entre eux le perçoivent comme une « solution pour construire son parcours professionnel ».

Pour se faire de l’argent de poche pendant ses études, pour trouver un job d’été ou démarrer dans la vie active, ce type de contrat a de quoi attirer… à condition d’en connaître les contours.



1- L’intérimaire a un statut de salarié. Il est employé par une agence d’intérim et dispose des mêmes droits que les salariés de l’entreprise dans laquelle il effectue sa mission?: durée du travail, repos, jours fériés… «?En cas d’accident du travail ou de maladie, l’intérimaire pourra aussi bénéficier d’une indemnisation complémentaire à celle de la Sécurité sociale?», précise Marie-Hélène Bensadoun, avocate en droit social.

2- C’est un contrat souple. Une fois inscrit dans une agence, des missions vous sont proposées en fonction de vos disponibilités et de vos capacités. Ce contrat peut durer d’un jour à dix-huit mois au maximum. A noter : depuis 2014, les agences d’intérim peuvent aussi proposer un « Cdi intérimaire »  avec des missions pouvant aller jusqu’à trente-six mois.

3- Un salaire encadré. La rémunération doit être au moins égale à celle que percevrait un salarié de l’entreprise, de qualification équivalente, en Cdi pour le même poste. Avantage non négligeable : à chaque fin de mission, l’intérimaire perçoit une prime de 10 % de son salaire total, pour compenser la précarité de l’emploi.

4- Un moyen d’acquérir de nouvelles compétences. Des entreprises de tous les secteurs peuvent avoir des besoins ponctuels, pour remplacer un salarié en congé par exemple. «?Si auparavant seuls les secteurs de l’industrie, du transport ou de la logistique faisaient appel aux intérimaires, désormais le tertiaire (secrétariat, comptabilité, informatique…), ou même le milieu médical sont à la recherche de travailleurs temporaires?», observe Noa Wolff, juriste en droit social.

5- L’intérim peut être un tremplin vers la vie active. Il arrive que ce contrat temporaire débouche sur un emploi plus stable. «?L’intérim est un moyen pour certaines entreprises de trouver le collaborateur idéal à qui proposer un Cdi?», assure Marie-Hélène Bensadoun.  

6- Le travail temporaire engendre de l’instabilité. C’est la grande limite de l’intérim. A la fin d’une mission, rien ne garantit un Cdi ni même une autre mission temporaire. Par ailleurs, l’intérimaire doit sans arrêt s’adapter à la demande des employeurs et ses revenus sont irréguliers. L’intérim n’est donc pas fait pour durer, et doit rester par définition… une solution temporaire.

*  Prism’emploi est une fédération regroupant des entreprises de travail temporaire.

Pour aller plus loin

> « Le contrat de travail temporaire » sur le site du ministère du Travail


Étiquettes : , , ,

Réagissez