RUBRIQUES

SUIVEZ-NOUS

Nos derniers articles

Vos derniers commentaires

Mots clés

LIENS UTILES




L’accompagnement intensif des jeunes, un visa pour l’emploi

3 Nov 2021 par Catherine service communication, Pas de commentaire »

Imprimer cet article

Lorsqu’on est jeune, décrocher un emploi relève parfois du casse-tête. Avec l’accompagnement intensif des jeunes (Aij), les moins de 26 ans* peuvent bénéficier d’un suivi rapproché auprès de Pôle emploi. Les résultats sont concluants.

Difficultés d’accès à l’emploi, manque d’expérience, perte de confiance en soi… au moment d’entrer dans la vie active, certains jeunes adultes ont du mal à s’extraire de ce cercle vicieux. Fin 2020, 13,5 % des 15-29 ans n’avaient pas d’emploi, ne faisaient pas d’études, ou ne suivaient pas de formation, contre 12,9 % un an auparavant, à la veille de la crise sanitaire. Ces jeunes qu’on appelle Neet (pour « neither in employment, nor in education or training » en anglais) sont plus nombreux encore entre 25 et 29 ans : près d’un jeune sur cinq se trouve dans une impasse.

Aux moins de 26 ans* en difficulté pour intégrer le marché du travail, Pôle emploi propose, depuis 2014, un accompagnement individualisé plus soutenu, pendant six mois au maximum. « Il n’y a aucune obligation. L’accompagnement intensif des jeunes (Aij) est mis en place sur la base du volontariat, précise Lionel, conseiller Aij à Mâcon (Saône-et-Loire). Les 65 jeunes demandeurs d’emploi que j‘accompagne – indemnisés ou non –  s’engagent à avoir deux contacts avec moi chaque mois. En contrepartie, je m’engage à leur dénicher des offres qui leur correspondent et à leur fournir un suivi sur mesure. »

Une vraie plus-value

Les conseillers Aij – un à trois par agence Pôle emploi – sont dédiés exclusivement à cette activité. Cela grâce à un cofinancement par le Fonds social européen. L’accompagnement fourni est individuel et peut être complété par des ateliers collectifs (consacré à la préparation de l’entretien d’embauche, par exemple).

L’Aij s’avère être une vraie plus-value pour accélérer l’accès à un emploi, à une formation ou la création d’une entreprise. « Chaque jeune possède mon mail et mon téléphone direct. La régularité des rendez-vous permet d’instaurer rapidement une relation de confiance », explique le conseiller.

Mieux reclassés et plus vite

Attention, il n’est pas question de faire à leur place, mais bien de les accompagner, prévient Lionel. « Nous faisons volontiers ce que nous appelons de la « médiation active » en joignant un petit mot d’appui à une candidature, pour donner une chance de plus d’obtenir un entretien avec un recruteur. »

Une étude de Pôle emploi, publiée en septembre 2020, montre que les jeunes suivis en Aij se reclassent mieux et plus vite. Huit mois après l’entrée dans le dispositif, leur taux de retour à l’emploi est de dix points supérieur à celui des autres jeunes de même profil.

* Ou de moins de 30 ans pour les personnes résidant dans un quartier prioritaire de la ville (Qpv)


Étiquettes : ,

Réagissez