RUBRIQUES

SUIVEZ-NOUS

Nos derniers articles

Vos derniers commentaires

Mots clés

LIENS UTILES




La double licence, un cursus avantageux mais exigeant

15 Juil 2021 par Catherine service communication, Pas de commentaire »

Imprimer cet article

Sciences et musicologie, droit et économie, lettres et langues… de plus en plus d’universités en France proposent des doubles licences pour les étudiants motivés. Mais que faut-il savoir avant de se lancer dans ces doubles formations atypiques ?

Obtenir deux diplômes en trois ans, c’est le principe de la double licence. Ces parcours exigeants sont généralement sélectifs. La plupart « sont proposés sur Parcoursup, mais le mieux est de parcourir les sites des universités qui vous intéressent », précise Anne Thirouard, conseillère orientation information au Centre d’information et de documentation jeunesse (Cidj), à Paris.

La double licence est souvent proposée sous la forme d’un parcours adapté comme « Droit et Sciences » à l’Université Paris II ou encore « Histoire et Sociologie » à l’Université de Tours. Mais il est aussi possible de s’inscrire dans deux licences distinctes. C’est ce qu’a fait Maxime, 25 ans, qui a obtenu deux diplômes à l’Université de Poitiers, en sciences et en musicologie.

« Je me suis inscrit dans deux parcours distincts, raconte ce passionné de musique. J’ai signé un contrat d’aménagement pédagogique où l’université s’est engagée à adapter mes horaires. C’est un régime spécifique proche de celui de l’étudiant salarié. »

Un choix d’orientation bénéfique…

« C’est intéressant pour un jeune qui a un projet professionnel en tête, indique Anne Thirouard. Par exemple, pour devenir commissaire-priseur, la double licence en droit et histoire de l’art est une manière d’accumuler des compétences. »

La double licence permet de mettre toutes les chances de son côté pour candidater à un master sélectif ou passer des concours pour les grandes écoles par exemple. « La « double casquette » des étudiants est particulièrement utile pour la préparation de concours, car elle offre une large culture générale », ajoute Anne Thirouard. Ce diplôme deux en un est peu commun, il est aussi connu pour être exigeant, ce qui peut faire pencher la balance.

Enfin, c’est un choix d’orientation valorisé dans la sphère professionnelle et un atout pour le CV. « Cela montre notamment à l’employeur que vous avez une grande capacité de travail, une curiosité et une bonne organisation », poursuit la conseillère d’orientation.

…mais qui demande du travail

Souvent comparé à une classe prépa, ce type de parcours représente entre vingt-cinq et trente heures de cours par semaine. Pour Anne Thirouard, « il faut être conscient de la charge de travail à fournir, car il y a beaucoup de travaux personnels à rendre. Une grande flexibilité est aussi attendue car les méthodologies ne sont pas les mêmes d’une matière à une autre ».

La motivation est le point clé. Ces doubles licences sont plébiscitées, et la sélection se fait en fonction de votre dossier, et surtout de votre intérêt pour les matières proposées. C’est un projet d’orientation qui ne peut pas se faire au hasard et qui demande une certaine rigueur dès l’inscription.

« N’hésitez pas, avant de vous lancer, à vous renseigner auprès des responsables pédagogiques des licences que vous ciblez pour vous faire une idée claire sur l’emploi du temps, les cours et les débouchés… », conseille Anne Thirouard. A vous de décider ensuite si vous souhaitez mener de front deux disciplines.


Étiquettes : , , , ,

Réagissez