RUBRIQUES

SUIVEZ-NOUS

Nos derniers articles

Vos derniers commentaires

Mots clés

LIENS UTILES




Covid-19 : quels risques lors d’une grossesse ?

23 Sep 2020 par Catherine service communication, Pas de commentaire »

Imprimer cet article

Le coronavirus était encore inconnu voici quelques mois. Aujourd’hui, les médecins en savent davantage sur les dangers du Covid-19 pour les femmes enceintes. Entretien avec le professeur Philippe Deruelle, gynécologue obstétricien au Chru de Strasbourg.

Vies de famille : Une femme enceinte a-t-elle plus de chances de contracter le coronavirus ?

Philippe Deruelle : Les femmes qui attendent un enfant ne sont pas plus à risque que les autres femmes du même âge. Contrairement à d’autres virus de la même famille  ?  comme celui de la grippe saisonnière  ? , elles ne sont pas plus vulnérables au coronavirus Sars-Cov-2. La fréquence de la contamination n’est donc pas plus élevée durant la grossesse. Et les formes graves de la maladie ne sont pas plus fréquentes.


Y-a-t-il des étapes où les risques sont plus élevés ?

Pour une raison que les médecins n’expliquent pas encore, les formes graves de Covid-19, nécessitant une hospitalisation, surviennent dans la grande majorité des cas durant le troisième trimestre de la grossesse ou en fin de second trimestre. Ces formes sévères de la maladie s’accompagnent souvent de détresse respiratoire. Or, au troisième trimestre, l’utérus a beaucoup grossi et repousse les poumons. Ceci peut accentuer les difficultés respiratoires ressenties par la future maman, rendant aussi plus délicate une éventuelle réanimation.


Que se passe-t-il si la future maman est atteinte d’une forme grave ?

Avant tout, il est important de préciser que les risques liés au Covid-19 ne concernent que les formes très graves de la maladie, et qu’elles sont rares  ?  pas plus de 5 % des cas chez les femmes de moins de 40 ans. L’immense majorité des femmes enceintes contaminées par le coronavirus sont asymptomatiques ou présentent des symptômes sans gravité et sans complications particulières.

Le premier risque pour le fœtus en cas de Covid-19 est la naissance prématurée. Pour soigner la maman, il peut en effet être nécessaire de déclencher l’accouchement, ou d’effectuer une césarienne avant terme. Mais ceci ne concerne que 1 à 2 % des femmes touchées.

Le second risque est la chute du taux d’oxygène dans le sang de la maman : ce que l’on appelle l’hypoxie. Ceci ne concerne qu’un très petit nombre de pneumopathies très sévères. Si cette hypoxie se prolonge, elle expose le bébé à de possibles séquelles. Mais dans les faits, l’apport d’oxygène ou l’intubation de la maman suffit le plus souvent à l’éviter.


La future maman peut-elle transmettre le virus à son enfant ?

A l’heure actuelle, il subsiste encore des incertitudes à ce sujet. On sait aujourd’hui que le risque de contamination du fœtus est très faible (1 à 2 % des cas). La contamination se fait par voie hématogène, c’est-à-dire par le sang, donc via le placenta. Cette contamination a peu de conséquences sur le développement du fœtus. A priori la contamination ne passe que très rarement par le liquide amniotique (donc par le vagin). Aucune contamination par le lait maternel n’a été observée après la naissance. Le risque de contamination du bébé augmente probablement avec la sévérité de la maladie. Ce risque serait ainsi extrêmement faible pour les femmes asymptomatiques.


Quelles sont les recommandations que vous préconisez de suivre ?

Au cours du troisième trimestre, les femmes enceintes exposées au public dans le cadre de leur activité professionnelle doivent opter pour la protection maximale : télétravail ou arrêt de travail. Dans tous les autres cas, les gestes barrières habituels suffisent.


Comment les protocoles d’accouchement se sont-ils adaptés ?

Le port du masque pour les soignants est la règle. Au plus fort de l’épidémie, certaines mamans ont dû porter un masque, cet effort intense s’accompagnant de fortes projections aéroportées. Mais les précautions prises en salle d’accouchement se font dans un constant souci de bienveillance envers les parents.


Étiquettes : ,

Réagissez