RUBRIQUES

SUIVEZ-NOUS

Nos derniers articles

Vos derniers commentaires

Mots clés

LIENS UTILES




Collège : 5 conseils pour réussir l’entrée en 6e

2 Sep 2020 par Catherine service communication, Pas de commentaire »

Imprimer cet article

Pour les enfants et les parents, le passage en 6e est un cap symbolique. Rassurer son pré-ado, l’aider à s’organiser, l’accompagner vers l’autonomie… on vous livre les recommandations d’une psychopédagogue pour lui donner un coup de pouce.

Ils étaient les « grands » de l’école, les voilà « petits » du collège. Découvrir un nouvel établissement, de nouveaux codes, jongler avec une foule de professeurs, le tout en pleine préadolescence… l’entrée en 6e est chargée en émotion. D’autant que le contexte sanitaire en fait une rentrée encore plus particulière«Le premier enjeu pour les parents, c’est de sécuriser leur enfant pour qu’il arrive avec le moins de stress possible», pose la psychopédagogue Brigitte Prot.


Se mettre à l’écoute

Première étape : le rassurer. « On peut par exemple lister avec lui ce qui change et ce qui ne change pas, propose Brigitte Prot. Il s’agit aussi de prendre le temps de l’écouter et de le sécuriser à partir de ses questions à lui, pas à partir de celles des adultes.»


Lui apprendre à s’organiser

Fini le cahier de texte, place à l’agenda. «Certains parents ne s’imaginent pas que cela puisse être compliqué », observe la coach scolaire. Pourtant, l’agenda provoque des cafouillages fréquents en début d’année. Au premier trimestre, il faut donc l’aider à se l’approprier en «le lisant ensemble et en s’assurant qu’il est bien rempli ». Même régime pour le cartable. Les premiers temps, «les parents doivent l’aider à faire son sac la veille, pour lui apprendre à faire coïncider son planning et ses affaires.»


Maintenir les activités extrascolaires

« Je préconise une activité sportive et une activité créative ; c’est essentiel pour l’équilibre de l’enfant. » Partir du principe qu’il y a trop de travail en 6e« c’est le piège absolu, prévient Brigitte Prot. Ils en ont besoin pour nourrir leur imagination, leur inventivité et leur confiance en eux. C’est non négociable ».


Créer des rituels de travail

Jusqu’en décembre, «il faut s’assurer que les exercices sont faits correctement et faire réciter les leçons, exactement comme en CM2 », estime Brigitte Prot. C’est aussi le moment de lui donner des clés pour apprendre à gérer son temps, «enl’habituant à surveiller l’heure sur une montre à aiguilles, pour évaluer le temps qu’il met pour faire tel ou tel exercice. Les neuroscientifiques expliquent que pour un maximum de concentration, le cerveau a besoin d’intégrer une limite de temps. »


Donner de l’autonomie

A partir de janvier, l’objectif est de l’aider à construire son autonomie. On peut commencer à lâcher du lest : à lui de ranger son sac et de connaître son emploi du temps. Quant aux exercices, ils ne sont plus systématiquement contrôlés par les parents. «En revanche, on continue à faire réciter les leçons », insiste Brigitte Prot. Un peu plus de liberté, avec filet de sécurité.


Étiquettes : ,

Réagissez