RUBRIQUES

SUIVEZ-NOUS

Nos derniers articles

Vos derniers commentaires

Mots clés

LIENS UTILES




Carla Valette, future médecin et TikTokeuse à plein temps

31 Août 2021 par Catherine service communication, Pas de commentaire »

Imprimer cet article

Etudiante en médecine, Carla Valette s’est lancée sur le réseau TikTok en novembre 2020 pour partager ses connaissances en matière de santé, avec humour et bonne humeur. Avec plus de 2 millions d’abonnés, elle vulgarise chaque jour des infos santé.

Transpiration, psoriasis, poil incarné, intoxication alimentaire, vaginisme… Carla Valette entre dans sa 6e année d’études de médecine à Toulouse (Haute-Garonne), et partage sur la plateforme TikTok des vidéos de vulgarisation sur le corps et ses phénomènes.

C’est pendant le confinement, en 2020, que la jeune femme découvre des vidéos de vulgarisation autour de la thématique de la santé. « Beaucoup de médecins parlaient de concepts médicaux, de maladies, de conseils sanitaires sur TikTok dans des langues étrangères, raconte Carla. J’ai donc eu envie de proposer ce genre de contenus en français avec mes sujets de prédilection. »

Depuis toute petite, Carla rêve de faire un métier utile, où elle pourrait prendre soin des autres : « Je disais à mes parents que je voulais être kiné, pharmacienne, vétérinaire… Puis, j’ai finalement choisi médecine ! » En publiant ses courtes vidéos éducatives, cette future professionnelle de la santé ajoute une nouvelle corde à son arc : celui du partage et de la transmission.

Elle démystifie le corps et brise les tabous

« J’ai commencé par aborder des sujets liés à la sexualité, puis ma communauté s’est agrandie, et j’ai pu aborder d’autres thèmes, explique-t-elle. De la rhinoplastie à la décomposition du corps, je choisis des sujets selon mon inspiration pour transmettre, de manière divertissante, une information utile. »

Avec sa blouse, son stéthoscope et son sourire toujours au rendez-vous, Carla veut aussi œuvrer à son échelle pour la santé publique. « J’ai fait des vidéos où je montre un poumon noirci par le tabac, j’ai parlé d’alcool avec une prévention sur le coma éthylique », raconte-t-elle. Beaucoup de jeunes suivent la jeune femme sur ce réseau, et la sensibilisation est une dimension importante pour elle.

Avec ses mots rassurants et son franc-parler, elle démystifie aussi le corps et brise des tabous. Règles, pertes blanches, kystes, panaris, diarrhée : elle parle de tout ! « Je dédramatise beaucoup et je rappelle que certains phénomènes sont naturels. On m’envoie souvent des messages pour me dire « merci ça m’a soulagé, ça m’a rassuré. » Certaines explications peuvent avoir un impact sur la psychologie d’une personne, et c’est très gratifiant pour moi. »

« Faire des vidéos, c’est ma bulle d’oxygène »

« Chaque jour est une épreuve quand on est en étude de médecine. » Alors pouvoir s’évader en partageant son savoir avec bonne humeur, c’est une chance pour elle. « J’ai une personnalité extravertie sur les réseaux sociaux parce que je suis à l’aise, mais dans mon quotidien je suis très réservée. A l’hôpital, je ne suis qu’étudiante donc je reste à ma place, mais sur mon compte, je me lâche, je suis à la maison. Ça m’apporte une confiance supplémentaire. »

« Faire des vidéos c’est ma bulle d’oxygène », confie-t-elle. Cette passion qui demande un investissement important en parallèle de ses études lui apporte aussi beaucoup dans sa vie professionnelle, notamment dans la relation avec le patient. « Résumer quelque chose de compliqué avec simplicité et savoir discuter, c’est un peu mon quotidien, sur Internet comme à l’hôpital. »


Étiquettes : ,

Réagissez