RUBRIQUES

SUIVEZ-NOUS

Nos derniers articles

Vos derniers commentaires

Mots clés

LIENS UTILES




« Camille te signe » popularise la langue des signes

18 Fév 2021 par Catherine service communication, Pas de commentaire »

Imprimer cet article

PORTRAIT. Démocratiser la langue des signes française (Lsf) via les réseaux sociaux, c’est le défi que s’est lancé Camille. A 26 ans, elle est la créatrice du compte « Camille te signe » sur TikTok où elle poste des vidéos pédagogiques et divertissantes.

Pendant leurs études supérieures, certains jeunes se prennent de passion pour l’italien, le russe ou le chinois… Camille, elle, est tombée sous le charme de la langue des signes française (Lsf) lors de sa première année en licence de psychologie. Ce qui n’était au départ qu’un simple cours optionnel s’est transformé en projet professionnel. « Une fois ma licence validée, j’ai fait un stage pour l’Association régionale pour l’intégration des sourds (Aris) où je suis depuis interprète en Lsf », résume Camille.

En 2018, elle décide d’aller plus loin dans son engagement et se dirige vers les réseaux sociaux pour sensibiliser un public plus jeune, plus large et moins averti. « Mon entourage se montrait curieux envers cette langue et la surdité en général, confie la jeune femme. Je sais que si une personne pose une question, dix autres peuvent aussi se la poser inconsciemment. J’ai alors voulu utiliser TikTok pour faire de la pédagogie sur le sujet. »

Un contenu ludique… mais sérieux

Sur son compte intitulé « Camille te signe », elle vous apprend à signer des mots d’usage, tels que « bonjour », « merci » ou encore du vocabulaire spécifique comme « heureuse » ou « couleur ». « J’ai fait aussi de nombreuses vidéos où j’interprétais une chanson en signant. »

Toujours souriante et soucieuse d’être inclusive, Camille propose un contenu ludique… mais sérieux. « Pour apprendre la langue des signes, il faut réussir à se créer un cerveau sourd pour ne plus penser en mots, en phrases, en syntaxe et en grammaire », explique-t-elle.

Cette envie de transmettre, Camille la doit en partie à son grand-père. « Il travaillait dans l’accompagnement et l’inclusion des personnes handicapées dans une grande entreprise. C’est lui qui m’a alors sensibilisée à la surdité, raconte Camille d’une voix émue. Ma famille ne s’attendait pas à ce que je me lance là-dedans car nous n’avons aucun passif de surdité, mais ils m’ont toujours soutenue dans mon désir de la rendre plus accessible, et c’est le plus important ! »

Sensibiliser les nouvelles générations

Avant de se lancer dans l’aventure TikTok, Camille a pu observer que « beaucoup d’influenceurs aux Etats-Unis proposaient des contenus en langue des signes ». Mais sa visibilité en France est faible. « La Lsf a été interdite juridiquement pendant un siècle car elle n’était pas considérée comme une « vraie langue ». Elle n’a été reconnue officiellement qu’en 2005, raconte-t-elle. La société française a donc été peu sensibilisée et je souhaite en faire la promotion auprès des nouvelles générations. »

Bien plus qu’un métier ou un hobby, son engagement est aussi de déconstruire les idées reçues. « La Lsf n’est pas exclusivement dédiée aux sourds mais s’adresse aussi aux personnes muettes ou atteintes de troubles mentaux, précise Camille. J’invite les gens à prendre du recul sur ce qu’ils croient connaître. » Avec plus de 800 vidéos à son actif, la jeune femme n’est pas prête de s’arrêter ! « La langue des signes occupe au moins 85 % de ma vie, c’est vrai ! », plaisante Camille.

« Tous HanScène » : un concours étudiant autour du handicap

Vous êtes étudiant et vous vous sentez l’âme d’un réalisateur ? Le concours vidéo handicap « Tous HanScène », organisé par l’association Tremplin handicap, est fait pour vous ! Pour sa 9e édition, « Tous HanScène » vous invite à réaliser une courte vidéo sur le thème du handicap. Le but ? Constituez un groupe de 2 à 4 étudiants et laissez parler votre créativité pour inciter les jeunes en situation de handicap à poursuivre leurs études, et ainsi changer le regard sur le handicap. Vous avez jusqu’au 15 mars (21 h) pour déposer votre vidéo et compléter votre dossier.


Étiquettes : ,

Réagissez