RUBRIQUES

SUIVEZ-NOUS

Nos derniers articles

Vos derniers commentaires

Mots clés

LIENS UTILES




Quelles solutions de répit pour les aidants ?

25 Août 2021 par Catherine service communication, Pas de commentaire »

Imprimer cet article

L’importance du « droit au répit » est désormais reconnue pour les proches aidants. Il représente un temps de repos et de pause dans l’accompagnement des personnes âgées ou en situation de handicap. Le point sur les solutions existantes.

Aider un proche en situation de handicap ou de dépendance peut être éprouvant. Le répit apparaît comme nécessaire pour se préserver et ainsi mieux aider. « L’aidant voit que son proche est fragilisé, il veut tout faire pour qu’il se sente bien, dorme bien, mange bien, il veut comprendre sa pathologie, témoigne Claudie Kulak, cofondatrice et directrice générale de l’association La compagnie des aidants.  L’aidant s’ignore, oublie qu’il existe, qu’il se fatigue, qu’il peut avoir aussi une santé fragile. »

Une réalité qu’a vécu Céline Martinez, consultante psychologue et aidante auprès de son fils, en situation de handicap : « On se conditionne autour de l’aidé, il organise notre vie. On est confiné avec la maladie. Le répit est primordial, c’est le socle qui va permettre à l’aidant de se remettre à penser. »

Se reposer, voir des amis ou des proches

Aujourd’hui, plusieurs solutions existent pour permettre aux aidants de trouver un temps de repos nécessaire et mérité. La première est le relayage (ou suppléant à domicile), explique Claudie Kulak : « Une personne vient trois jours à la maison et permet à l’aidant de se reposer, de voir des amis ou des proches à l’extérieur. »

Céline Martinez a trouvé une maison de répit dans le 15e arrondissement de Paris, pour un séjour par mois du vendredi matin au dimanche après-midi. « Il ne faut pas avoir peur de se lancer, lâcher prise et se faire aider. Les intervenants sont venus chez moi, je n’ai pas eu besoin de m’expliquer ou de me justifier. »

Trouver la bonne formule

« Il existe des lieux de répits sur presque tout le territoire », souligne Claudie Kulak. Il ne faut pas hésiter à aller au centre communal d’action sociale (Ccas), sur le site de son conseil départemental ou sur www.ma-boussole-aidants.fr . Pour les personnes âgées en situation de dépendance, de courts séjours en maison de retraite sont également possibles. On parle alors d’hébergement temporaire .

Apf France handicap  et les maisons départementales des personnes handicapées (Mdph) sont, quant à eux, des interlocuteurs essentiels lorsque l’on aide une personne en situation de handicap. « S’occuper de soi est un droit et un devoir, poursuit Céline Martinez. On a besoin d’aide extérieure pour passer ce cap… Et laisser son proche être entre de bonnes mains, mais d’autres mains »


Étiquettes : ,

Réagissez