RUBRIQUES

SUIVEZ-NOUS

Nos derniers articles

Vos derniers commentaires

Mots clés

LIENS UTILES




La vue de bébé : ayez votre enfant à l’œil !

5 Mar 2021 par Catherine service communication, Pas de commentaire »

Imprimer cet article

Un nouveau-né voit encore très flou après sa naissance. Après quelques mois, il est souhaitable de faire contrôler le bon développement de sa vue. Surtout en cas d’antécédents familiaux. Les conseils d’une ophtalmologue pédiatrique.

Près de 80 % de ce qu’un enfant apprend découle de ce qu’il voit. Or, entre 15 et 20 % des enfants ont besoin de lunettes. C’est dire l’importance de détecter au plus tôt les anomalies visuelles, pour pouvoir les traiter dans les premières années de la vie. D’autant que la majorité d’entre elles sont alors réversibles.

«Le trouble le plus fréquent chez le jeune enfant est l’hypermétropie, liée à un œil encore trop court, explique Béatrice Nguyen, ophtalmologue pédiatrique à l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul à Lille (Nord). Mais il peut aussi s’agir d’un astigmatisme lié à une anomalie de la courbure de l’œil, ou encore d’une myopie, avec une baisse de la vision de loin du fait d’un œil trop puissant.»

Avec 30 % de la population atteinte en Europe occidentale actuellement et une prévision de 55 % à horizon 2050, la myopie progresse tant et si bien qu’on parle désormais d’une véritable pandémie mondiale. En cause, le manque d’exposition à la lumière naturelle extérieure, mais aussi le temps passé en vision de près, en particulier sur les écrans.

Des signes qui doivent alerter

«Un bébé qui ne fixe pas le visage de ses parents ou la lumière, ou qui présente des mouvements d’errance visuelle est un signe qui doit alerter, estime Béatrice Nguyen. Il faut également consulter lorsqu’un tout-petit présente des maux de tête inexpliqués, plisse les yeux, fronce les sourcils ou se frotte les yeux. Ou lorsqu’un strabisme survient brutalement.»

Les recommandations du carnet de santé sont précises : trois tests visuels sont conseillés dans les premiers jours de vie, puis à 9 mois et 2 ans. Il n’est hélas pas facile d’obtenir un rendez-vous auprès des ophtalmologues pédiatriques, spécialistes de la vision des enfants. Ils sont peu nombreux et pris d’assaut.

Quels facteurs de risques ?

Pour la docteure Nguyen, «il est important de consulter ces professionnels pour les bébés présentant des facteurs de risques : naissance prématurée, manque d’oxygène durant la grossesse, anomalie chromosomique, antécédents infectieux avec germes affectant le cerveau, antécédents familiaux de lunettes ou de strabisme… Pour les autres enfants, un orthoptiste est plus accessible et tout aussi compétent pour un examen de vue détaillé vers 2 à 3 ans».

Dans les premières années de vie, le cerveau reste malléable. La rééducation de la vue précoce, par le port des lunettes, n’en est que plus efficace.


Étiquettes :

Réagissez