RUBRIQUES

SUIVEZ-NOUS

Nos derniers articles

Vos derniers commentaires

Mots clés

LIENS UTILES




Dépistage de l’autisme : quels sont les premiers signes ?

22 Sep 2020 par Catherine service communication, Pas de commentaire »

Imprimer cet article

Certains comportements d’un jeune enfant peuvent alerter les parents sur un éventuel trouble autistique. Consulter un médecin généraliste ou un pédiatre rapidement permet de mettre en place un accompagnement adapté.

L’observation des premiers troubles de l’autisme (Tsa) chez l’enfant intervient souvent avant ses 3 ans. Plus le dépistage est précoce, mieux l’enfant pourra être accompagné. Mais comment être sûr de percevoir les bons signaux ?

« Le premier conseil à donner aux parents, c’est qu’ils doivent s’écouter, prévient Marion Lavergne, déléguée générale de l’association Autisme info service, qui gère la plateforme d’écoute et d’information sur le trouble du spectre de l’autisme du même nom. Si vous sentez quelque chose en vous qui vous étonne concernant le comportement de votre enfant, il ne faut pas hésiter à en parler à votre pédiatre ou à votre médecin généraliste. Lorsque quelque chose vous pose question, prenez des notes pour votre rendez-vous avec le professionnel de santé. »

Si vous trouvez que votre enfant a des absences, s’il pleure de manière systématique ou s’il dort beaucoup trop à votre goût : « Parlez-en ! insiste Marion Lavergne. Et n’hésitez pas à revenir à la charge, ou à changer de médecin s’il vous faut un nouvel avis. »

Le site autismeinfoservice.fr vous aide à trouver un médecin spécialiste de l’autisme. Ce portail recèle également d’une quantité d’informations utiles sur les Tsa, notamment sur les premiers signes auxquels les parents doivent être attentifs, comme l’absence de babillage à 12 mois, l’absence de parole à 18 mois, ou l’absence d’association de mots à 2 ans.

Avec un bon accompagnement, un enfant autiste évoluera toujours

« L’autre conseil à donner aux parents, c’est qu’ils doivent apprendre à déculpabiliser, ajoute la déléguée générale. Ces troubles sont provoqués par de multiples facteurs : génétiques, environnementaux… On en sait encore très peu, car il n’y a pas eu assez d’études sur le sujet. Il faut l’accepter, se rappeler que cela n’arrive pas qu’aux autres. »

D’après l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), entre 300 000 et 500 000 personnes sont atteintes d’un trouble envahissant du développement en France, dont 60 000 personnes autistes. 8 000 enfants autistes naissent chaque année, ce qui représente une personne sur 150.

« Peu importe l’âge de votre enfant, n’hésitez pas à vous faire aider, insiste Marion Lavergne. Avec un bon accompagnement, un enfant autiste évoluera toujours, même à l’âge adulte. »

Enfin, apportez une attention particulière aux filles. « Elles ont tendance à mieux compenser ou dissimuler leurs troubles que les garçons, et peuvent passer à travers les mailles du filet, confie la déléguée générale qui se veut néanmoins rassurante. Pas d’inquiétude, l’autisme fort se voit assez tôt et l’autisme plus léger se corrige bien. »

« Autisme info service », une plateforme pour aider et orienter

Mise en place le 2 avril 2019, la plateforme d’information nationale Autisme info service permet de trouver facilement des informations sur toutes les questions liées à l’autisme. Une ligne téléphonique (0 800 71 40 40), une adresse mail et un tchat sont à la disposition des familles, des personnes avec autisme et des professionnels intervenant à leurs côtés, du lundi au vendredi.


Étiquettes : , , ,

Réagissez