RUBRIQUES

SUIVEZ-NOUS

Nos derniers articles

Vos derniers commentaires

Mots clés

LIENS UTILES




Alaïs a pu (pour)suivre ses études… grâce à un robot !

2 Mar 2020 par Catherine service communication, Pas de commentaire »

Imprimer cet article

L’Université de Bourgogne permet aux étudiants en situation de handicap de suivre certains cours par l’intermédiaire d’un robot de téléprésence. Alaïs a pu aller au bout de son master grâce à cette innovation.

Crédit photo : Eric Paul, service pédagogie numérique et ressources UB

Alaïs a 23 ans. Elle vient de décrocher son master 2 en ingénierie de la formation professionnelle et psychologie ergonomique à l’université de Bourgogne à Dijon. De brillantes études que la jeune fille a bien failli abandonner du fait de son handicap : une maladie neuromusculaire qui l’oblige à se déplacer en fauteuil roulant.

Pendant l’année scolaire 2017-2018, Alaïs a vu son état de santé se dégrader. « J’ai développé des contractures chroniques, notamment à causes des conditions d’études, explique-t-elle. En licence, je ne pouvais pas toujours accéder aux amphithéâtres. Quand c’était le cas, je devais lever la tête car j’étais trop près du tableau, et l’on refusait de me fournir une table sur laquelle prendre des notes, par peur qu’elle soit volée. »

Sa santé se dégradant, l’étudiante s’empresse de contacter le pôle handicap de son université. Elle fait alors la rencontre de Bruno Lapetite et Alexandre Fournier, « un duo de geeks très impliqués, qui ont trouvé une solution en trois semaines », se remémore Alaïs. Une parade qui tient en quatre lettres : «Beam» du nom du robot de téléprésence mis en place par l’université.

« Beam est doté de caméras et de micros. Il est téléguidé et peut donc se déplacer. Il a permis à Alaïs de suivre 25 % de ses cours de master 1 depuis chez elle », se félicite Alexandre Fournier, vice-président délégué au campus numérique de l’université de Bourgogne.

« Etre moins dépendante des autres »

 Il poursuit : « Nous avions testé le robot une première fois en 2016 lors d’une conférence donnée par le mathématicien Cédric Villani. Un étudiant en situation de handicap avait pu y assister par l’intermédiaire de Beam. Malgré une petite coupure de réseau, cela avait assez bien marché pour nous convaincre d’en acquérir d’autres et d’en faire profiter les étudiants. »
 
« Cela a très bien fonctionné pour moi, et cela m’a permis d’être moins dépendante des autres, explique Alaïs qui reconnaît que sans le robot, poursuivre la première année de master aurait été usant tant physiquement que moralement. »
 
L’université de Bourgogne dispose désormais d’une flotte de huit robots de téléprésence, un exemple malheureusement unique en France, qui ne demande qu’à se développer pour les étudiants en situation de handicap. « J’ai pu utiliser ce robot car j’ai rencontré les bonnes personnes, avance Alaïs. Cette technologie, c’est leur dada. Cela montre qu’il suffit que les gens aient envie de s’investir pour que les choses évoluent. » 


Étiquettes : , , ,

Réagissez