RUBRIQUES

SUIVEZ-NOUS

Nos derniers articles

Vos derniers commentaires

Mots clés

LIENS UTILES




Un conflit entre colocs, ça se débloque

21 Oct 2020 par Catherine service communication, Pas de commentaire »

Imprimer cet article

En colocation, on peut être bien… ou mal loti. Quand la cohabitation dégénère, il faut désamorcer les tensions le plus vite possible. Lorsque la communication ne suffit pas, il est possible de faire appel à un conciliateur de justice.

Il ne fait jamais le ménage, invite qui il veut sans prévenir, et pique dans vos provisions. Voici le portrait-robot du pire colocataire pour les Français, d’après une étude Harris Interactive de 2018. «La meilleure façon de dénouer les conflits, c’est de les avoir anticipés avec un règlement élaboré de manière collaborative », observe Lucie Tavernier, auteure des 50 règles d’or de la colocation*. Dès le départ, mettez à plat les engagements en matière de paiement, la répartition des tâches et les règles de savoir-vivre.

Si la situation dérape malgré tout, «il faut en parler tout de suite. Abordez le problème frontalement et honnêtement, sans pointer du doigt votre colocataire ou le déprécier, conseille Lucie Tavernier. Exprimez ce que vous ressentez, c’est tout !Si vous avez défini des règles de vie commune, vous pouvez vous y référer. Sinon, tentez de trouver une solution acceptable pour tous ».

Pas de compromis en vue ? Vous pouvez prendre conseil auprès de votre Adil (Agence départementale d’information sur le logement), qui peut donner des conseils juridiques personnalisés. Pensez également au conciliateur de justice. Cet intermédiaire gratuit et neutre peut désamorcer les conflits, lorsqu’un colocataire ne paye pas son loyer par exemple. « Le conciliateur peut être saisi en passant par le site de conciliateurs de France oupar téléphone auprès du tribunal judiciaire », précise Damien Langlet, conciliateur rattaché au tribunal d’instance de Gap (Hautes-Alpes). 

Procédure judiciaire… en tout dernier recours

Sa mission : entendre toutes les parties pour trouver une solution amiable. Si l’un des colocataires n’honore pas son loyer, il peut rédiger un constat d’accord prévoyant un échéancier par exemple. Cet accord peut ensuite être homologué par le juge, ce qui lui donne valeur de jugement. Résultat : «Si l’une des parties ne respecte pas l’accord, l’huissier de justice pourra ordonner directement le paiement», affirme le conciliateur.

Si aucune solution n’est trouvée malgré tout, reste la procédure judiciaire. « Mais à moins de désaccords financiers, difficile de recommander de s’engager dans cette voie, juge Lucie Tavernier. La colocation doit être source de partage et de mieux-être au quotidien. Si on ne parvient pas à s’entendre, mieux vaut voguer vers de nouvelles aventures. » Et trouver un nouvel équipage…

* Editions Larousse

Pour aller plus loin :
L’annuaire des Adil en France
Le site des conciliateurs de justice


Étiquettes : , ,

Réagissez