RUBRIQUES

SUIVEZ-NOUS

Nos derniers articles

Vos derniers commentaires

Mots clés

LIENS UTILES




Télétravail : quel avenir après la crise sanitaire ?

15 Juin 2020 par Catherine service communication, Pas de commentaire »

Imprimer cet article

73 % des salariés souhaiteraient poursuivre une partie de leur activité en télétravail après la crise sanitaire, selon une étude Csa. Avantages, inconvénients… témoignages d’un dirigeant, et de salariés.

Si certains salariés ont pris goût au télétravail, en améliorant leur qualité de vie, d’autres s’accordent à penser que cette situation n’est pas faite pour durer à plein temps sur le long terme.

« Pour le confinement, nous avons instauré le télétravail en urgence pour presque la moitié de nos 600 salariés, explique Vincent, directeur d’une mutuelle en Charente-Maritime (17). Pourquoi pas l’autre moitié ? Car nous n’étions pas organisés en conséquence. » Et pour cause, le télétravail permanent ne peut pas s’imposer du jour au lendemain d’après le responsable, car sa mise en place nécessite une importante réflexion.

«Il faut accompagner les salariés, et leur fournir les outils qui vont avec, en plus d’un système de sécurité viable, poursuit Vincent. La vie professionnelle a certes beaucoup de contraintes, mais elle donne un sentiment d’accomplissement de la personne, par les relations vécues au travail. »

De nombreux salariés ont apprécié l’amélioration de leur qualité de vie. « Je travaille dans un open space, donc un espace naturellement bruyant et dans lequel il est difficile de s’isoler, explique Anne, manager en marketing digital à Paris. Certaines tâches demandent beaucoup de concentration. Chez moi, je suis au calme, je peux désactiver mes notifications et avoir une plage de deux heures sans interruption ou distraction. »

« J’ai l’impression de tout faire plus vite »

Estelle, chargée de communication, est d’accord avec Anne : « Une journée ou deux de télétravail par semaine, c’est l’idéal ! Sans les temps de pauses ou de discussions entre collègues, j’ai l’impression de tout faire plus vite. Je gagne presque deux heures de transport dans ma journée, ce qui n’est pas négligeable ! La contrepartie, c’est que le télétravail bride la créativité et la naissance de nouvelles idées. »

Pour Vincent, le télétravail ponctuel est un plus pour les salariés qui le souhaitent, et le peuvent, mais cette pratique ne doit être ni généralisée, ni permanente : « Le télétravail permet une certaine liberté du salarié qui choisit sa zone de confort, c’est pourquoi nous ne souhaitons pas le supprimer complètement. Cependant, j’estime qu’il faut avoir un sas de décompression entre la vie personnelle et professionnelle, sans quoi on n’arrive plus à faire la part des choses, et ça peut devenir très lourd psychologiquement. »

Une autre des limites à ce système moderne ? « Le télétravail permanent induit une sorte d’ubérisation sociale. L’activité devient facilement délocalisable, et le lien entre patron et employé peut être très facilement rompu. » Conclusion : télétravail, oui, mais tous les jours, non.


Étiquettes :

Réagissez