RUBRIQUES

SUIVEZ-NOUS

Nos derniers articles

Vos derniers commentaires

Mots clés

LIENS UTILES




La colocation séduit toutes les générations

9 Sep 2020 par Catherine service communication, Pas de commentaire »

Imprimer cet article

Halte aux idées reçues ! La colocation n’est pas réservée qu’aux étudiants. 76 % des colocataires ont moins de 30 ans et 6 % plus de 50 ans. Parmi eux, de jeunes actifs et des seniors en quête de partage.

La colocation a le vent en poupe, et pas seulement auprès des étudiants ! Si ces derniers totalisent un peu plus de la moitié des demandes, les jeunes actifs, les familles monoparentales et les retraités sont de plus en plus nombreux à opter pour ce mode de vie convivial.

Atout numéro un ? L’aspect économique ! En France, le loyer moyen d’une chambre en colocation s’élève à 421 euros charges incluses par mois, contre 501 euros pour un studio en location classique. «Le choix est vite fait !», assure Jean-Baptiste, 28 ans, animateur et colocataire, qui se réjouit de pouvoir «se faire plaisir plus souvent» grâce aux économies de loyers.

En tête des villes les plus populaires : Paris, Nantes et Bordeaux. «Des zones dites tendues où le nombre de demandes explosent, et les prix des loyers aussi», observe Cécile Can, chargée d’études juridiques au sein de l’Agence nationale pour l’information sur le logement (Anil). La capitale bat tous les records avec 12,6 demandes pour une chambre de libre*.

Autre avantage majeur : la dimension sociale. «Faire des rencontres, découvrir de nouvelles cultures, se serrer les coudes en cas de difficultés, se motiver pour faire du sport ensemble… l’entraide et l’échange constituent l’âme de la colocation », estime Jean-Baptiste.

Des qualités particulièrement prégnantes en cas de cohabitation intergénérationnelle, une alternative aux traditionnelles maisons de retraite. «Certaines personnes de plus de 60 ans mettent une chambre à disposition contre un loyer modeste et la réalisation de services, tels que le repassage ou les courses, développe Cécile Can. Mais il faut veiller à ce que cela soit strictement encadré.»

Discrétion, propreté et respect d’autrui… le colocataire idéal

Une règle d’or qui s’applique à tous les modes de vie en collectivité. Pour que cela fonctionne, chacun doit y mettre du sien. Le profil du colocataire idéal ? Il est discret, fait sa part du ménage, prévient toujours avant d’inviter d’autres personnes et respecte l’intimité de ses semblables.

Avant de vous lancer dans cette aventure, renseignez-vous sur les différents types de bail existants auprès de l’Agence départementale d’information sur le logement (Adil), et mettez-vous d’accord sur la répartition du loyer, des charges et éventuellement des tâches ménagères. Enfin, faites une simulation sur le site caf.fr pour savoir si vous pouvez avoir droit à une aide personnelle au logement.

«Le contrat unique, sur lequel figure l’ensemble des colocataires, prévoit le plus souvent une clause de solidarité. Si l’un d’eux ne règle pas la quote-part convenue, les autres peuvent être sollicités pour compenser cet impayé, conclut Cécile Can. En général, les baux multiples offrent plus de tranquillité d’esprit, car ils n’engagent que le signataire»

* Observatoire 2019 de la colocation par LocService.fr
** Etude Harris interactive de 2018


Étiquettes : , ,

Réagissez