RUBRIQUES

SUIVEZ-NOUS

Nos derniers articles

Vos derniers commentaires

Mots clés

LIENS UTILES




Cyberharcèlement : comment protéger les adolescents ?

10 Fév 2021 par Catherine service communication, Pas de commentaire »

Imprimer cet article

78 % des 12-17 ans qui possèdent un smartphone ont un compte sur les réseaux sociaux. A l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation pour un Internet plus sûr, nos conseils pour informer les plus jeunes sur les risques du harcèlement en ligne.

« Au collège, des élèves me harcelaient sur Facebook, se souvient Aurore, jeune femme de 22 ans. Puis, cela a continué au lycée sur Snapchat. Je recevais régulièrement des insultes, et des rumeurs circulaient. J’en venais à avoir peur de sortir de chez moi. » Intimidation, acharnement ou menaces, le cyberharcèlement est violent et insupportable, encore plus quand on est jeune.

« L’adolescence est une étape compliquée, car on n’est pas sûr de soi, explique Marie-Claude Bossière, psychiatre de l’enfant et de l’adolescent. Les jeunes ont besoin de se faire aimer, et ont tendance à ne pas se méfier des réseaux sociaux. »

Pour repérer les situations potentielles de cyberharcèlement, il est indispensable, en tant que parent, de se renseigner sur le fonctionnement des plateformes et applis de réseaux sociaux. Le guide La famille Tout Ecran et la série télé éponyme  ont été créés pour donner des clés sur les bonnes pratiques numériques.

« Il est difficile de continuer à s’informer sur ces outils qui évoluent sans cesse. Mais l’enjeu est trop important : les mineurs doivent être protégés, et Internet n’est pas une exception », insiste Marie-Claude Bossière.

En parler dès le plus jeune âge

Le cyberharcèlement doit être abordé bien avant l’adolescence. « Offrir un smartphone à son enfant sans lui en avoir expliqué les dangers, c’est incohérent, ajoute la pédopsychiatre. L’adulte risque de passer pour un “rabat-joie” qui a peur de tout. En parler tôt permet d’installer un climat de confiance entre un parent et son enfant. C’est primordial. »

Créer ou intégrer un groupe de parents d’élèves peut aussi s’avérer bénéfique pour les jeunes et leurs parents. Pour Marie-Claude Bossière, « la discussion peut être rassurante et thérapeutique, car on parle du problème dans sa globalité. Entendre des témoignages peut aussi être utile pour les jeunes qui ne se sentiront plus aussi seuls ».

Le 3020 : un numéro contre le harcèlement à l’école

Gratuit et anonyme, ce numéro vert d’écoute et de prise en charge est destiné aux enfants, aux jeunes, aux parents et aux professionnels confrontés à des situations de harcèlement, en tant que victimes ou témoins. Les personnes qui répondent sont des psychologues, des professionnels de l’éducation, qui connaissent bien le système scolaire et son environnement. La ligne du 3020 est ouverte du lundi au vendredi, de 9 h à 20 h, et le samedi, de 9 h à 18 h.

Pour aller plus loin

> Le site « Non au harcèlement » du ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports
> « Qui est derrière le dernier numéro vert 3020 ? » sur le site « Non au harcèlement »
> Le sondage Bva pour Wiko « Les adolescents et les smartphones »
> « Safer Internet Day 2021 » sur le site Internet sans crainte


Étiquettes : , ,

Réagissez